La Convention citoyenne pour le climat d’Est Ensemble : le pari du local

L’Etablissement public territorial (EPT) Est Ensemble est une « jeune » collectivité qui porte d’ambitieux projets pour construire une Métropole du Grand Paris durable. Dans cette optique, Est Ensemble lance en septembre une convention citoyenne locale pour le climat réunissant 100 habitant-e-s tiré-e-s au sort. Ce territoire, qui regroupe neuf villes de Seine-Saint-Denis (1), fait face à des problématiques complexes en termes d’inégalités sociales et de densité de population. Patrice Bessac, président de l’EPT et maire de Montreuil, revient sur les motivations et les objectifs de la démarche.

Missions Publiques. L’Etablissement public territorial Est Ensemble lance sa Convention citoyenne locale pour le climat. Après les polémiques sur la CCC nationale, qu’est-ce qui vous a convaincu d’organiser cette démarche au format ambitieux ?

Patrice Bessac. L’urgence d’abord. Face aux crises démocratiques et écologiques auxquelles nous sommes confrontés, nous devons agir. Agir vite et agir ensemble. C’est la double condition pour que nos sociétés s’engagent – tant qu’il est encore temps – dans un aggiornamento climatique fondamental qui ne laisse personne sur le bord du chemin. La responsabilité, ensuite. Celle de défendre les habitantes et les habitants d’un territoire populaire, doublement marqué par les inégalités sociales et écologiques ; un territoire – le plus dense d’Île-de-France après Paris – dans lequel 30% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et qui ne compte que 6m2 d’espaces verts par habitant contre 12 à l’échelle métropolitaine. L’expérience enfin. Certes, la Convention citoyenne nationale n’a pas rempli – loin de là – toutes ses promesses démocratiques mais pour autant, l’expérience nouvelle qu’elle a constituée, la tentative de mise en pratique d’une démocratie plus inclusive, d’une participation plus active des citoyens est à saluer car c’est là, je crois, que se situe le gage de l’efficacité d’une action publique conforme à l’intérêt général. Avec lucidité sur la façon dont le processus national a été conduit et – on peut le dire – dévoyé, nous faisons à Est Ensemble, le pari de dupliquer cette expérience au niveau local en en tirant toutes les leçons. A titre d’exemple, je me suis personnellement engagé à ce que l’ensemble des propositions des citoyens soit, à l’issue des travaux, intégralement soumis au vote du Conseil de territoire.

"C’est en agissant ensemble, à toutes les échelles et sur tout le spectre des politiques publiques (logement, plan d’urbanisme, mobilités, consommation d’énergie, alimentation, déchets...) que nous pourrons réellement faire levier.

Portrait Patrice Bessac ©Gaël Kerbaol pour Est Ensemble

Patrice Bessac

Président de l’EPT
et maire de Montreuil,

Missions Publiques. La Seine-Saint-Denis va accueillir (et construire) une partie des infrastructures pour les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024. Est Ensemble a été labellisé « Terre de jeux » et est une collectivité hôte des JOP, puisque le stade nautique Maurice Thorez de Montreuil est un site d’entraînement. L’opportunité économique est immense mais comment peut-elle être compatible avec les ambitions écologiques et climatiques portées par votre territoire ?

Patrice Bessac. Il n’y aura pas de justice climatique sans justice sociale. Les JOP sont un grand moment de sport et de cohésion à l’échelle planétaire. Il est impératif que cet événement mondial ait des retombées positives pour les territoires qui l’accueilleront. Paris 2024 a fait de l’exemplarité environnementale un des axes clefs de sa candidature et Est Ensemble s’inscrit comme partenaire et co-acteur de cette ambition dont les habitants de la Seine Saint Denis devront, eux-aussi, bénéficier. La sobriété énergétique, avec la Rénovation de la piscine Thorez à Montreuil soutenue par la SOLIDEO, le réemploi d’un bassin olympique pour la future piscine de Bagnolet après les JOP, le développement des pistes cyclables en lien avec le département pour relier les sites olympiques et la création d’une boucle sportive et renaturée de 42km entre les neuf villes du territoire, avec la métropole et le dispositif Héritage de Paris 2024… voilà quelques-uns des projets principaux qui concrétisent l’opportunité que représentent ces JOP en matière de transition écologique pour Est Ensemble, mais aussi la contribution de notre collectivité, avec les 9 villes qui la composent, pour faire réellement de ces Jeux, le premier grand événement sportif et populaire à contribution positive pour le climat. J’y suis et j’y serai extrêmement vigilant.

Lire aussi

L’interview d’Eric Duverger, initiateur de la Convention citoyenne des entreprises pour le climat

L’interview de Grégoire Fraty, un des 150 citoyens tirés au sort de la Convention citoyenne pour le climat

L’interview de Carole Delga, presidente de la Région Occitanie sur la démarche de Convention citoyenne régionale

Missions Publiques. Un autre défi est sans doute celui d’embarquer les 9 villes de Seine-Saint-Denis qui composent l’EPT, un territoire encore jeune et sans doute méconnu de ses habitant-e-s. L’enjeu est-il suffisamment important pour dépasser les clivages politiques ? Pourquoi l’EPT est-il selon vous la bonne échelle pour faire levier sur les questions climat / biodiversité ?

Patrice Bessac. Nous sommes toutes et tous confrontés à une même réalité. Quel que soit le type de société dans lequel nous nous projetons, quels que soient les choix politiques que nous privilégions pour son organisation, nul ne peut plus ignorer désormais la menace que font porter le dérèglement climatique et ses effets sur l’Humanité toute entière.  Au regard des enjeux, au regard des fragilités sociales et écologiques du territoire j’ai proposé au Conseil territorial dès le début du mandat, que nous placions les enjeux de transition écologique au cœur des politiques publiques de la collectivité. L’ensemble des exécutifs municipaux – au premier rang desquels les maires – étant déjà engagés et mobilisés sur le sujet, je dois dire que l’unanimité a été naturelle. Depuis, des choix politiques et budgétaires importants ont été réalisés en lien avec nos compétences pour concrétiser cette nouvelle orientation : élaboration d’un plan « zéro déchet » avec comme objectif de réduire de 25 000 tonnes par an la production de déchets sur le territoire, renaturation et apaisement de 42 km d’espaces publics continus pour relier nos neuf villes. Et enfin de créer un îlot de fraîcheur territorial et inscription dans le plan pluriannuel d’investissements de la collectivité de 30 millions d’euros sur les 6 prochaines années pour donner vie à ces projets. Evidemment ces efforts vont être faits en lien étroit avec les villes du territoire. Nos compétences sont complémentaires. Personne n’a seul la solution. Nos villes sont responsables de 70% des émissions de gaz à effet de serre. C’est en agissant ensemble, à toutes les échelles et sur tout le spectre des politiques publiques (logement, plan d’urbanisme, mobilités, consommation d’énergie, alimentation, déchets…) que nous pourrons réellement faire levier. Nous avons toutes et tous un rôle à jouer : citoyens, acteurs publics, associatifs et privés.

« C’est en agissant ensemble, à toutes les échelles et sur tout le spectre des politiques publiques (logement, plan d’urbanisme, mobilités, consommation d’énergie, alimentation, déchets…) que nous pourrons réellement faire levier.

Missions Publiques. Avec près de 430 000 habitant-e-s, Est-Ensemble fait face à des problématiques complexes en termes d’inégalités sociales et de densité de population. Quelle serait, pour vous, une des clés de réussite de la démarche ? Et projetons-nous un peu : nous sommes quelques mois après la fin de la Convention, à quoi jugerez-vous son succès ?

Patrice Bessac. La clef essentielle de la réussite de cette démarche se résume pour moi en deux mots : sincérité et confiance. Nous nous engageons dans cette aventure démocratique avec le souhait que celle-ci puisse être productrice d’une action publique transformatrice. En faisant le choix de travailler avec Missions Publiques dont l’expertise est largement reconnue, en faisant le choix de créer un Comité des protecteurs/protectrices (2) et de faire appel à la Commission Nationale du débat public pour assurer l’indépendance des débats, en prenant l’engagement que toutes les propositions des conventionnels soient soumises au vote du Conseil territorial, nous avons, je crois, réuni les conditions pour permettre aux travaux de la Convention de se dérouler dans les meilleures conditions et qu’émergent des solutions nouvelles, cohérentes avec les expériences et les attentes des habitants du territoire. A titre personnel, je serais heureux que les propositions soumises au vote, suscitent parmi les élus et les citoyens du territoire du débat, qu’elles nous interrogent toutes et tous sur les efforts que nous sommes prêts, individuellement et collectivement, à faire pour répondre aux enjeux sociétaux posés par les conséquences du réchauffement climatique.

(1) Bagnolet, Bobigny, Bondy, Les Lilas, Le Pré Saint-Gervais, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin et Romainville
(2) Les protecteurs et les protectrices de la Convention sont des garant-e-s qui veillent à la neutralité et au bon déroulement des débats.
Sur le même sujet

La Convention citoyenne locale pour le climat d’Est Ensemble

Partager