UE et migration : comprendre les fissures internes à nos sociétés

Giulia Scalettaris (1) travaille sur les politiques internationales d’asile à partir du cas afghan. Comment amener la question sensible de l’immigration à la table des citoyennes et des citoyens ? Pour l’anthropologue, il s’agit de chercher un modèle d’accueil alternatif et être ouvert à d’autres manières de voir l’UE dans le monde.

Missions Publiques. La question des migrations est souvent abordée sous l’angle des « crises migratoires », ce qui ne permet pas, selon vous, un débat serein et équilibré…

 Giulia Scalettaris. Il faut prêter attention au vocabulaire utilisé. L’expression de « crise migratoire », par exemple, est à proscrire selon moi car elle véhicule d’abord un sentiment de peur mais aussi, et surtout, parce que son usage est trop souvent inapproprié bien qu’elle fasse florès dans les médias et dans la bouche de certains décideurs.

Il me semble déplacé de parler de crise migratoire pour faire état de la situation européenne.

Le terme « crise migratoire » sous-entend d’abord que l’Europe fait face à une augmentation problématique des flux entrants de migration. Or en 2015, malgré l’augmentation du nombre de demandeurs d’asile, ceux-ci ne représentent que 0,2% de la population européenne. En d’autres termes, au plus fort de ce que d’aucuns appellent la « crise migratoire » il y avait un demandeur d’asile pour 500 européens. À titre de comparaison un pays comme le Liban, peuplé de 4,5 millions d’habitants a accueilli 1,5 million de réfugiés, soit 1 réfugié pour 3 habitants.

Au lieu de « crise migratoire », on devrait plutôt parler de « crise des politiques d’asile européennes ». En 2015 celles-ci ont prouvé en effet toute leur inadéquation, lorsque ce qui a prévalu est la fermeture des frontières et une politique de « renvoi de la balle » parmi les États membres. L’emploi de l’expression « crise migratoire », par ailleurs, est assez ethnocentriste car elle met l’accent sur les conséquences sur les sociétés européennes des migrations et invisibilise de fait les crises véritables qui conduisent les individus sur les routes migratoires. Pour finir, parler de « crise migratoire » construit la migration comme quelque chose d’anormal, alors que la mobilité caractérise les sociétés humaines depuis que l’Homme a fait son apparition sur Terre.

 

Missions Publiques.  Comment les citoyens peuvent-ils aborder ce sujet, qui est traité entre autres dans le cadre de la Conférence sur l’avenir de l’Europe (2) ?

Giulia Scalettaris. Je pense que la place de l’UE dans le monde est une bonne porte d’entrée pour les délibérations du Panel européen. Une question comme : « Peut-on tous et toutes se mettre d’accord pour qu’une société qui reste enfermée sur elle-même est une société faible qui ne pourra pas s’épanouir ? » Au contraire, est-on d’accord pour dire qu’une société forte n’a pas peur de l’autre et n’a pas peur d’être ouverte et de réceptionner des populations qui ont des valeurs et des idées différentes des nôtres ? ».

Ce qui met en danger l’Europe, ce ne sont pas les quelques étrangers qui viennent mais c’est notre incapacité à nous renouveler et à nous remettre en discussion ! Notre modèle économique basé sur la croissance, par exemple, présenté comme désirable, comme synonyme de modernité, s’avère de moins en moins viable et nous mène vers une crise environnementale. Nos politiques migratoires envers les ressortissants des pays du Sud, basées sur l’endiguement, contrastent ouvertement avec l’image de berceau des droits humains que l’Europe veut donner d’elle-même. Autre exemple : nos valeurs de paix et de démocratie sont belles, et le principe de se présenter au reste du monde comme une « puissance de la paix » plutôt qu’une puissance militaire est séduisante, mais à mon avis, ceux-ci peuvent devenir dangereux quand l’Europe veut les exporter vers l’extérieur, comme ça a pu être le cas en Afghanistan.

Il faudrait donc trouver un moyen de voir avec les citoyens comment le Vieux continent pourrait émerger comme un pôle fort sans ériger une politique extérieure de puissance.

 

Missions Publiques. Vous avez étudié les ressorts de ce sentiment de peur…

Giulia Scalettaris. Dans mes travaux d’anthropologie, j’ai été amenée à étudier les travaux de Saskia Sassen. Elle explique que dans une époque de mondialisation, on assiste à une ouverture des frontières pour des flux à la fois marchands, touristiques, de l’information, etc., mais que ces frontières se ferment pour les personnes migrantes qui essaient d’atteindre les régions occidentales. Pour elle, ces politiques migratoires restrictives sont une réponse à un sentiment de perte de contrôle vis-à-vis de phénomènes sur lesquels ni les citoyens ni les décideurs n’ont pas de prise – que ce soient des citoyens appauvris parce que leur usine a été délocalisée en Asie ou des décideurs qui se trouvent en prise avec les enjeux climatiques. On va se donner l’illusion d’une maitrise en verrouillant les frontières extérieures et les migrants qui souhaitent rentrer deviennent les boucs émissaires de nos peurs.

Par ailleurs, j’espère que la Conférence sur l’avenir de l’Europe sera l’occasion de faire ressortir à quel point l’immigration cristallise des tensions profondes et multiples au sein de nos sociétés. Ces tensions divisent les citoyens d’un même pays, polarisés entre les « solidaires », d’une part, et les anti-immigration de l’autre. Elles minent les relations entre États membres, qui se « renvoient la balle » des demandeurs d’asile. Elles entravent les relations entre les États membres et l’Union européenne, car les premiers n’aiment pas que les institutions européennes leur dictent leur politique migratoire. Elles affaiblissent la politique étrangère de l’Union, car les politiques d’externalisation des frontières ne se font pas sans compromis.

Mais à mon avis, la tension interne la plus profonde qui est en train de se creuser sous nos yeux est celle entre les États et une partie de leurs propres citoyens. La crise des politiques d’accueil de 2015 a catalysé, à travers l’Europe entière, des mouvements de solidarité citoyenne qui ne se reconnaissent pas dans les politiques migratoires de leurs États et de l’UE. Je me rappelle le choc des premiers procès entamés vis-à-vis des citoyens européens qui aidaient les non Européens à survivre dans les zones de frontières internes à l’UE. Cette criminalisation des solidarités envers les demandeurs d’asile constitue à mon sens une dérive paradoxale de nos sociétés démocratiques. Alors qu’il prétend protéger la nation en verrouillant ses frontières, l’État finit pour s’en prendre aux mêmes citoyens qu’il dit vouloir protéger !

Enfin, pour faire émerger – et idéalement commencer à lisser – toutes ces tensions, je pense qu’une force de ce Panel est sans nul doute sa dimension internationale. Des citoyens des Balkans, par exemple, seront présents pour raconter leur vécu face à l’immigration. Une partie de ces populations, parmi d’autres, a une certaine méfiance vis-à-vis des populations musulmanes d’Afghans, Syriens, Irakiens qui arrivent et je pense qu’on peut apprendre de leur témoignage. En discutant avec eux, j’ai compris que leur appréhension hérite vraisemblablement de l’Empire ottoman mais aussi du sentiment d’injustice ressenti vis-à-vis de l’Europe qui leur demande de faire « le sale boulot », c’est-à-dire de créer les centres d’enfermement et d’accueillir les étrangers sur leur sol à eux.

Je pense effectivement qu’il faudrait essayer d’utiliser ce moment consultatif pan-européen pour comprendre davantage la peur de l’autre et les fissures internes à nos sociétés que les enjeux de l’immigration cristallisent.

(1) Giulia Scalettaris est maîtresse de conférences en science politique à l’Université de Lille, où elle codirige le Master en Action Humanitaire. Son doctorat en anthropologie de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) porte sur l’intervention du Haut-Commissariat pour les réfugié.e.s dans la crise afghane.
(2) La première session du 4e panel citoyen de la Conférence sur l’avenir de l’Europe a eu lieu du 15 au 17 octobre à Strasbourg. Tout savoir sur la CoFoE.
Partager